Enceinte à 13 ans et capable d`aller à l`école

Enceinte à 13 ans et capable d`aller à l`école

Le mois dernier, le gouvernement tanzanien a été poursuivi en justice pour avoir interdit aux écolières enceintes et aux jeunes mères de fréquenter l’école. C’est l’un des rares pays au monde qui applique activement une telle interdiction.

Il y a un an ce mois-ci, un autre tribunal a ordonné à la Sierra Leone de lever son interdiction. Alors, comment les choses ont-elles changé dans ce pays d’Afrique de l’Ouest ?

Fatu (ce n’est pas son vrai nom) a 13 ans et est enceinte de quatre mois. Elle a été victime d’abus sexuels.

Jusqu’à cette année, elle aurait dû quitter l’école et très probablement être contrainte au mariage. Au lieu de cela, elle continue de rêver d’être infirmière un jour.

En mars, la Sierra Leone a annulé l’interdiction faite aux jeunes filles enceintes et aux jeunes mères de fréquenter l’école, trois mois après que le tribunal de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) – le plus haut tribunal de la région – a jugé que cette mesure est « discriminatoire » et viole le droit d’un enfant à l’éducation.

Le pays connaît depuis longtemps un problème de grossesse chez les adolescentes : plus de 35 % des filles de moins de 18 ans ont accouché en 2013. Les chiffres ont atteint des sommets – jusqu’à 65 % dans certaines régions – lors de la pandémie d’Ebola de 2014/2015, lorsque les écoles ont été contraintes de fermer.

La réponse du gouvernement, alors que la Sierra Leone émergeait de la crise Ebola, a été de déclarer comme politique officielle l’interdiction pour les filles enceintes d’aller à l’école ordinaire, de peur qu’elles n’encouragent d’autres filles à faire de même. Alors que les chiffres officiels en 2015 suggéraient qu’environ 3 000 filles étaient touchées par cette interdiction, certains ont suggéré que ce nombre pourrait être bien plus élevé.

Bien que des centres d’apprentissage parallèles aient été créés pour maintenir les filles enceintes et les jeunes mères dans le système éducatif, ils ne se réunissaient que trois jours par semaine et enseignaient quatre matières ; le tribunal de la Cedeao a jugé en décembre 2019 que ces centres constituent eux aussi « une autre forme de discrimination » et a ordonné leur suppression.

… Suite de l’article sur news-24