Grossesse et constipation : que faire ?

Grossesse et constipation : que faire ?

Les troubles digestifs sont très fréquents pendant  la  grossesse. Beaucoup de futures mamans souffrent notamment d’un transit ralenti et de constipation. Comment l’expliquer et y remédier ? Les réponses d’Anh-Chi Ton, sage-femme, et de Magali Le Mardeley, diététicienne.

Remontées acides, diarrhées, brûlures d’estomac et nausées sont le lot de beaucoup de femmes enceintes. Nombre d’entre elles, environ une sur trois, souffrent également de constipation. Sans gravité, la constipation peut devenir douloureuse et handicapante lorsqu’elle se prolonge. L’explication à ce transit ralenti pendant la grossesse est double. En début de grossesse, l’élévation du taux de progestérone va ralentir le travail des muscles intestinaux. Lorsque le terme approche, l’utérus devient beaucoup plus imposant et comprime l’intestin. Ajoutons à cela une diminution de l’exercice physique, et on obtient un cocktail détonnant pour le système digestif !

Constipation pendant la grossesse : cap sur l’hydratation !

Magali le Mardeley, diététicienne, insiste sur la nécessité pour les futures mamans de boire suffisamment d’eau. « Il faut s’hydrater tout au long de la journée, en privilégiant une eau riche en magnésium comme l’Hépar ou la Rozana », recommande-t-elle. Un verre d’eau froide le matin au réveil va également stimuler le transit. Pendant la journée, outre l’eau minérale, la femme enceinte peut consommer de la tisane mais aussi du jus de fruit frais, sans toutefois en abuser.

Les aliments à privilégier

Pour lutter contre la constipation pendant la grossesse, une alimentation riche en fibres est la clé. « Il faut veiller à consommer suffisamment de fruits, deux à trois chaque jour. Les légumes doivent également être présents midi et soir », explique la diététicienne. Parmi les aliments à privilégier : les pommes, les agrumes, les pruneaux, les figues, les épinards, les haricots verts, mais aussi les salsifis, les artichauts, les tomates, le chou-fleur, le son, les navets, les noix, les légumineuses. A l’inverse, on évitera le riz, la courge et les aliments riches en graisse.

Bouger…et prendre son temps pour aller à la selle !

Outre une attention particulière portée à l’alimentation, il est important de continuer  à avoir une activité physique régulière, idéale pour relancer le transit. De la marche active, du yoga, de la natation, toutes les activités compatibles avec la grossesse. « Outre les mesures diététiques, je recommande aussi d’écouter son corps. Une chose est notamment très importante : il faut aller à la selle dès qu’on en ressent le besoin, même si on n’est pas chez soi. Si on attend trop, les selles deviennent plus sèches et remontent dans le rectum. Elles sont ensuite plus difficiles à éliminer », explique Anh-Chi Ton, sage-femme…

Lire la suite sur topsante.com