La circoncision : tout savoir sur la circoncision du bébé

La circoncision : tout savoir sur la circoncision du bébé

Si la circoncision, c’est-à-dire l’ablation du prépuce, a le plus souvent des motivations religieuses ou culturelles, elle peut aussi avoir une nécessité médicale. Elle porte alors le nom de posthectomie. Explications.

La circoncision, qu’est-ce que c’est ?

La circoncision, ou posthectomie, est un geste chirurgical consistant à retirer le prépuce, la petite peau qui recouvre le gland à l’extrémité du pénis.

Quand la circoncision est indiquée médicalement

Phimosis

On parle de phimosis quand le prépuce est si serré qu’il empêche tout décalottage. Chez les bébés, cette petite particularité physiologique n’entraîne que rarement des complications. Voilà pourquoi il n’est plus conseillé de chercher systématiquement à décalotter les petits garçons, comme cela a pu être le cas par le passé. Le phimosis disparaît en effet le plus souvent de lui-même : la croissance du gland et les petites érections contribuent au fil des mois à détendre et élargir progressivement le capuchon de peau.

Seul souci possible : le phimosis favorise parfois l’apparition d’infections urinaires ou encore d’infections au niveau du gland. Ces balano-posthites provoquent des rougeurs, un écoulement purulent, une gêne, des démangeaisons au niveau du gland. Pour les traiter, il suffit de bien nettoyer l’extrémité de la verge avec des compresses imprégnées d’antiseptique. Aucune inquiétude à avoir s’il s’agit d’un épisode isolé.

Seules des infections fréquentes chez les plus jeunes ou un phimosis qui persiste après l’âge de 4-5 ans peuvent amener le médecin à intervenir. Si le phimosis est modéré, l’application de pommade à base de corticoïdes peut suffire. Sinon une petite opération sera envisagée pour libérer le gland du prépuce. Le chirurgien a alors deux options. Il peut se contenter de faire une petite incision pour élargir l’orifice prépucial (plastie). Ou pratiquer une circoncision (posthectomie), c’est-à-dire enlever la peau qui recouvre le gland. Beaucoup de parents redoutent une telle opération, mais elle donne de meilleurs résultats : une simple incision ne suffit pas toujours et le phimosis peut se reformer. La circoncision nécessite également moins de soins.

Paraphimosis

Rare chez l’enfant, le paraphimosis survient lorsque le prépuce, encore trop serré, reste en position décalotté. L’extrémité du prépuce (l’anneau prépucial) étrangle alors le gland qui gonfle, devient violacé, douloureux et peut, si rien n’est fait, se nécroser. Le paraphimosis est donc une urgence médicale nécessitant une consultation sans tarder. En cas d’échec de recalottage par une équipe médicale, le chirurgien peut être amené à circoncire le prépuce pour libérer le gland.

Autres intérêts santé de la circoncision

Depuis 2007, en Afrique Subsaharienne, il existe des campagnes de circoncision volontaire initiées par l’Organisation Mondiale de la Santé dans le but de prévenir la transmission du virus du sida. Il semblerait en effet que la circoncision puisse diminuer les risques de transmission du VIH. Mais il est évident qu’elle ne se substitue pas à l’efficacité du port du préservatif.

Quand peut-on choisir de faire circoncire son enfant ?

Outre des raisons médicales, la circoncision est le plus souvent pratiquée pour des raisons religieuses. La religion juive pratique la circoncision le huitième jour de la naissance, sauf avis médical. La cérémonie porte le nom de Brith milah. Bien qu’elle ne soit pas mentionnée dans le Coran, la circoncision perdure également chez les Musulmans. Mais elle se retrouve également dans certaines communautés chrétiennes, notamment orientales. Enfin, la circoncision est très répandue dans les pays anglo-saxons, cette fois pour des raisons essentiellement hygiéniques.

Le déroulé de l’opération

Comme avant toute intervention chirurgicale, une consultation d’anesthésie pré-opératoire est programmée avant la posthectomie, qui peut se dérouler sous anesthésie générale, loco-régionale ou locale.

L’enfant est hospitalisé le matin de l’intervention et ressort le plus souvent en fin de journée. Le geste opératoire en lui-même dure une vingtaine de minutes. Le chirurgien procède à l’ablation totale ou partielle du prépuce. Le plus souvent, il sectionne et suture le frein en faisant des points entre la peau du fourreau de la verge et le gland.

La douleur au niveau de la zone opérée est généralement modérée, temporaire et facilement soulagée par des antalgiques. La cicatrisation dure 2 à 4 semaines et les fils de suture tombent spontanément en principe dans un délai de 2 à 3 semaines. Le chirurgien précisera pendant combien de temps éviter les bains.

Outre les possibles complications liées à l’anesthésie, il existe des complications rares mais possibles directement en lien avec la posthectomie : des saignements ou la formation d’un hématome pouvant dans certains cas nécessiter des soins locaux voire une réintervention, un retard de cicatrisation ou une infection de la cicatrice… A la puberté et à l’âge adulte, la circoncision n’a pas d’impact sur l’aspect mécanique de la sexualité (érection, éjaculation…). Pour ce qui est du plaisir, le ressenti et les sensations restent très variables et subjectifs d’un homme à l’autre.

Les origines de la circoncision

Le terme circoncision vient du latin circum (autour) et caedere (couper). Ses origines précises restent mal connues mais elles pourraient remonter au 3ème millénaire avant J.-C., en Egypte. Il semblerait que la circoncision était alors pratiquée pour des raisons d’hygiène. Elle s’est ensuite répandue à travers le monde pour des motifs religieux ou culturels. En 2009, l’OMS estimait qu’environ 30% des hommes de plus de 15 ans étaient circoncis dans le monde.