Tout ce qu’il faut savoir sur l’œuf clair

Tout ce qu’il faut savoir sur l’œuf clair
Publicités

Parfois, il arrive que, malgré un test de grossesse positif, la grossesse ainsi annoncée n’aboutisse pas. Les grossesses arrêtées (communément appelées “fausses couches”) sont le résultat de phénomènes naturels et spontanés que l’on ne peut malheureusement maîtriser. On se penche aujourd’hui sur une des causes pouvant expliquer une grossesse non viable : le cas de l’œuf clair (ou grossesse anembryonnaire selon une terminologie plus précise).

Quelle en est la cause ? Quelle prise en charge après un œuf clair ? On vous explique.

Qu’est-ce qu’un œuf clair ?

On parle de “fausse couche” lors de l’arrêt spontané d’une grossesse en cours. Autrement dit, la grossesse qui a débuté va cesser son développement, de façon naturelle.

L’œuf clair est un cas particulier à l’origine d’une fausse couche. Concrètement : les membranes et le placenta se développent, mais sans qu’un embryon ne se soit formé. Les hormones de la grossesse sont donc bien présentes, mais cette dernière ne peut malheureusement pas évoluer en l’absence d’embryon.

C’est l’image qui apparaît à l’échographie qui donne son nom à l’œuf clair : en l’absence d’embryon, l’œuf apparaît vide donc de couleur “claire” sur l’image.

Quels sont les symptômes d’un œuf clair ?

En présence d’un œuf clair, le test de grossesse est positif puisque, nous l’avons vu, les hormones de grossesse sont bien présentes.

Les symptômes ressentis sont donc exactement les mêmes que lors d’une grossesse classique, pour rappel :

– l’absence ou le retard de règles,

– le gonflement des seins,

– des nausées,

– des aigreurs d’estomac,

– des ballonnements,

– de la constipation,

– des pertes vaginales appelées leucorrhées,

– une prise ou perte de poids,

– de l’acné,

– de la fatigue… LIRE PLUS SUR may.app