La pratique du yoga liée à une amélioration des symptômes chez les patients cardiaques

La pratique du yoga liée à une amélioration des symptômes chez les patients cardiaques

Discipline orientale la plus connue, le yoga permettrait aux patients atteints d’une fibrillation auriculaire de mieux vivre avec cette maladie en réduisant la fréquence de survenue des épisodes. Des chercheurs affirment que cette pratique serait en effet bénéfique pour l’hypertension artérielle, à condition cependant de participer à des séances très régulières sur plusieurs semaines.

Le yoga est considéré comme une pratique physique « douce » mais ses bienfaits sur l’organisme sont multiples : un sommeil amélioré, une anxiété diminuée ou encore un soulagement des troubles musculo-squelettiques. Cette pratique qui prône l’union du corps et de l’esprit repose notamment sur les asanas (postures de yoga) et le pranayama (respiration yogique). Une étude menée par des chercheurs de l’hôpital HG SMS de Jaipur en Inde et présentée à l’occasion d’un congrès de l’European Society of Cardiology (ESC) affirme que le yoga serait également bénéfique pour la santé cardiaque et notamment en ce qui concerne les patients atteints par une fibrillation auriculaire.

Cette dernière souligne en effet que les postures de yoga et la respiration pourraient aider les patients atteints de fibrillation auriculaire à gérer leurs symptômes. La fibrillation auriculaire (FA) (ou atriale) est un trouble du rythme cardiaque qui accélère le cœur et le fait battre de manière irrégulière. Celle-ci peut rester asymptomatique ou provoquer des palpitations cardiaques, un essoufflement plus ou moins marqué et des douleurs dans la poitrine. Selon l’Assurance maladie, elle concerne 1% de la population générale, mais surtout la population âgée (plus de 10% des plus de 80 ans) et 20 à 30% des accidents vasculaires cérébraux sont secondaires à une fibrillation auriculaire.

Plusieurs semaines de travail de la posture et de la respiration

« Les symptômes de la fibrillation auriculaire peuvent être pénibles. Ils vont et viennent, provoquant de l’anxiété chez de nombreux patients et limitant leur capacité à mener une vie normale.», explique l’auteur principal de l’étude, le Dr Naresh Sen. Les chercheurs ont souhaité savoir si la pratique du yoga pouvait soulager les symptômes chez les patients atteints de fibrillation auriculaire. Ils ont recruté 538 patients entre 2012 et 2017 qui n’ont tout d’abord pas fait de yoga pendant 12 semaines puis ont pratiqué des séances de 30 minutes tous les deux jours pendant 16 semaines, qui comprenaient des postures et la respiration à pratiquer également à la maison au quotidien.
Au cours des deux périodes d’étude, les symptômes et les épisodes de fibrillation auriculaire ont été enregistrés dans un journal pour chaque patient. Certains d’entre eux portaient également un moniteur cardiaque pour confirmer la venue de ces épisodes de fibrillation auriculaire et établir leur fréquente et leur gravité. Les patients ont aussi rempli une enquête sur leur sentiment d’anxiété et de dépression et un questionnaire évaluant leur capacité à faire des activités quotidiennes et à socialiser (leur niveau d’énergie et leur humeur). Enfin, leur fréquence cardiaque et pression artérielle ont également été mesurées et les chercheurs ont ensuite comparé les résultats entre les périodes de yoga et de « non-yoga ».

« Le yoga présente des avantages pour la santé physique et mentale »

Il s’avère qu’au cours de la période de yoga de 16 semaines, les patients ont connu des améliorations significatives dans tous les domaines par rapport à la période de 12 semaines sans en pratiquer. Par exemple, pendant la période « sans yoga », les patients ont connu en moyenne 15 épisodes de fibrillation auriculaire comparativement à huit épisodes pendant la période de yoga. Par ailleurs, la pression artérielle moyenne était inférieure de 11/6 mmHg après une séance de yoga. Or, les pathologies cardiaques sont le plus souvent en cause dans la survenue de la fibrillation auriculaire et notamment l’hypertension artérielle, une augmentation anormale de la pression du sang sur la paroi des artères.
« Notre étude suggère que le yoga présente de nombreux avantages pour la santé physique et mentale des patients atteints de fibrillation auriculaire et pourrait être ajouté en plus des thérapies habituelles. », conclut le Dr Naresh Sen. A noter que ce n’est pas la première fois que des chercheurs mettent en avant les bienfaits d’une pratique régulière du yoga pour les personnes souffrant de maladies chroniques. Ainsi en novembre dernier une étude parue dans le « Journal of General Internal » révélait que le yoga et d’autres pratiques de physiothérapie sont des approches efficaces pour traiter les troubles du sommeil et les maux de dos chroniques tout en réduisant les besoins en médicaments.